10 meilleurs joueurs de hockey de tous les temps

À l’aide d’algorithmes, de feuilles de calcul, de statistiques et de règles à calcul, j’ai déterminé les meilleurs joueurs de hockey de tous les temps. Blague! Je ne sais même pas ce qu’est un algorithme. Cependant, je connais mon hockey. Donc, en me basant uniquement sur mes opinions profondes, j’ai dressé une liste très subjective des 10 meilleurs joueurs de hockey. Vous n’êtes pas d’accord avec mes choix ? Eh bien, vous obtenez un majeur de cinq minutes pour le combat.

10. Alex Ovechkine

Alex Ovechkin (né en 1985) jouant pour les Capitals de Washington, janvier 2009. Joueur de hockey sur glace russe.  Trois fois vainqueur du trophée commémoratif Hart de la Ligue nationale de hockey.  LNH Au complet : Aleksandr Mikhaylovich Ovechkin ou Alexander Ovechkin

Mon seul collègue qui suit le hockey aime Alex Ovechkin . En fait, il a un jour affirmé qu’Ovechkin était « le plus grand être humain du monde ». Je pense qu’il plaisantait. Mais « Ovie » s’est avéré être un grand joueur de hockey. Après avoir fait ses débuts dans la Ligue nationale de hockey (LNH) en 2005 avec les Capitals de Washington , Ovechkin a souvent dominé la ligue au chapitre des marqueurs, remportant le trophée Maurice Richard, pour le plus grand nombre de buts marqués, à cinq reprises (2008-09, 2013-15). Il a également reçu à trois reprises le trophée Hart Memorial (2008-09, 2013), en tant que joueur le plus utile de la LNH. Tout ça etil a une personnalité colorée, divertissant les fans avec des citations amusantes («La machine russe ne casse jamais») et des cascades (portant un chapeau de pêcheur lors d’une compétition d’habiletés lors de la pause All-Star 2009). Oh, et le collègue ? C’est mon patron.

9. Jacques Plante

Jacques Plante.

Jacques Plante a changé le visage du hockey. Littéralement. Le gardien de but du Canadien de Montréal est crédité d’avoir popularisé les masques faciaux. En 1959, il a été touché par un tir frappé et a eu besoin de 21 points de suture au visage. En tant que seul gardien de but de l’équipe, il a dû revenir au jeu après avoir été recousu. Cependant, il a refusé de prendre la glace à moins de pouvoir porter un masque facial. Le reste appartient à l’histoire. Mis à part l’équipement, Plante a également été un gardien de but exceptionnel, aidant Montréal à remporter cinq coupes Stanley consécutives (1956-1960). En 1962, il a été nommé joueur le plus utile de la ligue et il a remporté sept fois le trophée Vézina (1956-1960, 1962, 1969), en tant que meilleur gardien de but de la ligue.

8. Steve Yzerman

Steve Yzerman prend la parole à la Joe Louis Arena le 3 janvier 2007, à Detroit, Michigan.

7. Terry Sawchuk

Terry Sawchuk.

Ai-je grandi dans le Michigan ? Oui. Suis-je partial ? Absolument. Mais c’est ma liste, et Steve Yzerman des Red Wings de Detroit en fait partie. Il a aidé à transformer les Dead Wings en l’une des équipes les plus dominantes du jeu, rétablissant Detroit en tant que Hockeytown. En tant que capitaine le plus ancien de l’histoire de la LNH, il a remporté trois coupes Stanley (1997-1998, 2002) dans une ville qui avait désespérément besoin de quelque chose pour se réjouir. En plus d’être un joueur polyvalent qui pouvait marquer et jouer en défense, il a gagné le respect pour sa classe et son leadership discret.

Beaucoup de gens ont qualifié Terry Sawchuk de meilleur gardien de but du hockey. Au cours d’une carrière de 21 ans, il a remporté quatre coupes Stanley—trois avec les Red Wings (1952, 1954-1955) et une avec les Maple Leafs de Toronto (1967)—et quatre trophées Vezina (1952-1953, 1955, 1965). Il a également enregistré 447 victoires en carrière, dont 103 blanchissages sans précédent, un record qui s’est maintenu jusqu’en 2009. Bien qu’il ait laissé sa marque sur le hockey, le jeu a également laissé sa marque sur lui. Il a reçu 400 points de suture avant de finalement enfiler un masque facial (voir numéro 9). En 1966 Tempsle magazine a demandé à un maquilleur de recréer toutes ses blessures au visage, et l’image résultante n’est pas jolie (google). Souffrant depuis longtemps de dépression et d’alcoolisme, Sawchuk est décédé en 1970 à l’âge de 40 ans après une bagarre en état d’ébriété avec un coéquipier qui a entraîné des blessures internes mortelles.

6. Jean Béliveau

Considéré comme l’un des meilleurs centres du jeu, Jean Béliveau a remporté 10 (oui, 10) coupes Stanley (1956-1960, 1965-1966, 1968-1969, 1971) avec les Canadiens de Montréal. Il a marqué un record de 507 buts en carrière et a été nommé à deux reprises MVP de la ligue (1956, 1964). En fait, Béliveau était tellement génial qu’il n’a même pas eu à attendre les trois ans habituels après sa retraite avant d’être élu au Temple de la renommée du hockey (1972).

5. Maurice Richard

Maurice Richard (à gauche) et le gardien Jacques Plante (à droite) des Canadiens de Montréal défendant le but contre Alex Delvecchio des Red Wings de Detroit lors des séries éliminatoires de la Coupe Stanley de 1956

« The Rocket » a réécrit le livre des records. L’ailier droit a été le premier joueur à marquer 500 buts et le premier à allumer la lampe 50 fois en une seule saison. Au cours de ses 18 années avec les Canadiens de Montréal, Maurice Richard a remporté huit coupes Stanley (1944, 1946, 1953, 1956-1960). Il était également connu pour son jeu agressif et son tempérament chaud. Idole des Canadiens français, sa suspension (pour bagarre) en 1955 provoque une émeute des fans à Montréal.

4. Mario Lemieux

Bien qu’il mesure 1,9 mètre (6 pieds 4 pouces), Mario Lemieux a fait preuve d’une grande vitesse et agilité. Au cours de ses 17 années en tant que joueur avec les Penguins de Pittsburgh , il a remporté deux coupes Stanley (1991-1992) et a réussi à marquer un nombre impressionnant de 690 buts en carrière malgré plusieurs saisons manquantes après avoir reçu un diagnostic de lymphome hodgkinien . En 1997, « The Magnificent One » a pris sa retraite, et deux ans plus tard, il a aidé les Penguins à sortir de la faillite après être devenu le propriétaire majoritaire de l’équipe. Il est revenu en tant que joueur pendant plusieurs saisons avant sa dernière retraite en 2006. Trois ans plus tard, Pittsburgh a remporté une autre coupe Stanley, faisant de Lemieux la première personne à remporter la coupe en tant que joueur et propriétaire.

3. Bobby Orr

Bobby Orr est largement considéré comme le meilleur défenseur du jeu, comme en témoigne son record de huit victoires au trophée James Norris Memorial (1968-1975). Alors qu’il était avec les Bruins de Boston , il est devenu le premier défenseur à être le meilleur marqueur de la LNH (1970) et il a été nommé joueur par excellence de la ligue à trois reprises (1970-1972). Il a également remporté deux coupes Stanley (1970, 1972).

2. Wayne Gretzky

Wayne Gretzky (à gauche) des Oilers d'Edmonton et des Islanders de New York Denis Potvin (5) se bousculent pour une rondelle libre lors de la première période d'un match au Nassau Coliseum, Uniondale, New York, le 26 mars 1988. (hockey sur glace)

Avec sa finesse et sa vitesse, « The Great One » a révolutionné le jeu. Wayne Gretzky a battu des records de longue date, marquant notamment 894 buts sans précédent. Il a également remporté quatre coupes Stanley avec les Oilers d’Edmonton (1984-1985, 1987-1988) et a été nommé joueur par excellence de la LNH neuf (!) fois (1980-1987, 1989). Après avoir été échangé aux Kings de Los Angeles en 1988, il a contribué à populariser le hockey sur glace aux États-Unis, ouvrant la voie à l’expansion du jeu.

1. Gordie Howe

Gordie Howe, 1969 (Gordon Howe, hockey sur glace, Detroit Red Wings)

C’est « M. Hockey » à vous. Les 801 buts en carrière de Gordie Howe ont établi un record dans la LNH à l’époque et, en tant que membre de la « Production Line » des Red Wings, il a remporté quatre coupes Stanley (1950, 1952, 1954-1955). En plus d’être buteur, « M. Coudes » était également connu pour son jeu granuleux. Non pas que je cautionne les coups de poing, mais, contrairement à certains joueurs (toux, Gretzky, toux), Howe n’avait pas besoin d’un exécuteur pour mener ses batailles. Il a inspiré le « tour du chapeau de Gordie Howe », qui était un but, une passe décisive et un combat en un match. Et Howe a joué jusqu’à l’âge de 100 ans. D’accord, il avait vraiment 52 ans, mais c’est comme 100 ans dans les années de hockey.

Tu pourrais aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *